DGLa
Achitecture, Urbanisme, Design

DGLa <br/>Achitecture, Urbanisme, Design

Cliquez ici pour acheter le livre

« L’agence DGLA est connue des professionnels de l’architecture et de l’urbanisme pour ses travaux de grande ampleur dans le domaine des centres commerciaux et de l’architecture événementielle (dont les gares et les quartiers de gare). Son travail se trouve au centre de préoccupations urbaines, âprement débattues dès lors que l’on touche aux sites de grande échelle. C’est donc sans occulter l’âpreté des arguments invoqués par les « penseurs urbains » que les fondateurs de l’agence ont lancé ce projet de livre, en voulant inscrire une réflexion autour des thématiques particulières auxquelles ils se confrontent (architecture objet, architecture spectacle, design).
Dans cette réflexion viennent s’inscrire nombre de problématiques dont la ville contemporaine est le théâtre : devenir de l’hyper centre, dégénérescence des entrées de ville, prolifération des «boîtes» commerciales ; viennent s’inscrire également toutes les questions de connexion et de déplacement, vues à l’échelle macroscopique de l’interconnexion des équipements ou à l’échelle microscopique des flux piétonniers.
Dans le milieu de l’urbanisme, on a tendance à considérer que, en matière d’architecture commerciale, la rédemption sera médiatique ou ne sera pas (au travers des vertus supposées des grosses agences ou des stars de la profession). Pour DGLA, c’est un faux-semblant contre lequel il faut s’élever en interrogeant les enjeux de cette architecture autour de quelques problématiques telles que : la pérennité (obsolescence, éternité), la mise en scène (décor, spectacle, destination), la mode (universalité, frénétisme, diffusion), la temporalité (vitesse, propagation), l’attraction (popularité, relégation, primauté).
L’organisation du livre n’est pas pensée en termes programmatiques (DGLA construit aussi des logements ou des bureaux), mais plutôt comme un continuum d’idées sur lequel la cinquantaine de différents projets (réalisés ou pas) viennent se greffer comme supports-acteurs de la réflexion. »